A la fac de Caen, la police évacue les bloqueurs Libération 08-05-09

Lire l’article sur le site
21 personnes ont été interpellées ce vendredi, alors que des étudiants bloquaient l’accès aux bâtiments depuis deux semaines.

    Blogguer cet article

    –>

La police a fait évacuer «dans le calme» ce vendredi matin des jeunes qui interdisaient depuis deux semaines l’accès à des bâtiments de l’université de Caen et a procédé à 21 interpellations, a-t-on appris auprès de la présidente de l’établissement, Josette Travert.

L’ensemble des personnes interpellées, parmi lesquelles figurait «un tiers environ d’étudiants», ont été relâchées dans la journée, a dit la police. Quatorze d’entre eux ont passé la journée en cellule de dégrisement.

L’intervention menée par une dizaine de policiers en uniforme survient deux jours après une déclaration du Premier ministre François Fillon dans laquelle il s’engageait à «rétablir l’ordre» sur les campus «chaque fois qu’un président d’université (le) demandera».

Josette Travert a démenti que les autorités aient sollicité l’intervention des forces de l’ordre, alors que le mouvement universitaire qui dure depuis trois mois menace de s’enliser.

«J’ai appelé la police ce matin à cause d’une intrusion des occupants dans un laboratoire» du bâtiment de sciences, qui «représentait un danger», a-t-elle dit à l’AFP.

«Tout s’est déroulé dans le plus grand calme, il n’y a eu aucune violence, les personnes n’ont opposé aucune forme de résistance ni physique, ni verbale», a-t-elle assuré. Une enquête se poursuivait vendredi soir après une plainte de la présidence de l’université pour «intrusion avec effraction dans un local sensible et dégradation de biens publics».

Le principal amphithéâtre de la faculté de sciences, qui avait été récemment rénové, a été entièrement recouvert de tags et d’inscriptions, de même que plusieurs salles, des couloirs, des escaliers et le hall d’accueil du bâtiment.

Les locaux occupés par les squatters, où l’odeur d’alcool était encore perceptible plusieurs heures après leur expulsion, étaient jonchés de bouteilles, de verre brisé, de reliefs de nourriture ou de vêtements.

L’activité du campus de Caen est perturbée depuis trois mois par des étudiants et enseignants-chercheurs hostiles aux réformes de l’université.

(Source AFP)

Laisser un commentaire