• Accueil
  • > ADN
  • > Gentille étudiante ou militante anti-pub ? NR 31-07-09

Gentille étudiante ou militante anti-pub ? NR 31-07-09

Lire l’article sur le site

Gentille étudiante ou militante anti-pub ? Gentille étudiante ou militante anti-pub ? NR 31-07-09 dans ADN rss
espaceur dans Antirep86 espaceur dans Sucettes pdf Télécharger la page
>>> Réagissez à cet article
 

 
DR
Quelques militants contre les prélèvements ADN manifestaient hier devant le tribunal en marge de ce procès.
espaceur
espaceur
 

111128805
DR
Quelques militants contre les prélèvements ADN manifestaient hier devant le tribunal en marge de ce procès.

 

change_photo(0);

Poitiers. Nina, 19 ans, a été condamnée hier symboliquement pour le bris, qu’elle nie, d’une sucette Decaux.

Nina, ancienne occupante du squat de l’avenue de Paris à Poitiers, expulsé manu militari en juin, est venue au tribunal accompagnée de ses amis. On lui reproche d’avoir fracassé le 19 mai dernier une « sucette » publicitaire Decaux, boulevard de l’Abbé-Frémont, au petit matin. On s’attend au procès très politique d’une militante anti-pub.
Mais l’affaire tourne court : Nina et son avocate la présentent comme une étudiante en sciences sans problème, victime du zèle policier. Ce 19 mai, vers 4 h 30, une patrouille de police repère trois jeunes gens et Nina qui passent dans la rue.
Les policiers reconnaissent-ils des jeunes gens avec qui ils ont déjà eu des démêlés ? Toujours est-il qu’ils abandonnent leur voiture et filent discrètement le groupe. Ils voient alors Nina traverser le boulevard et s’approcher d’une sucette Decaux.
Puis, selon ce que rapportent les policiers, un fracas de verre brisé se produit et la jeune fille rejoint ses amis. Elle est interpellée 200 mètres plus loin : elle ne porte aucun objet contondant, n’est pas blessée aux mains mais il y a des éclats de verre dans ses cheveux.
Poursuivie pour dégradation volontaire d’un bien d’utilité publique, Nina a comparu hier devant le tribunal correctionnel. Selon elle, la sucette publicitaire était déjà brisée quand elle s’en est approchée. Elle a juste approché la main du verre brisé, dont une partie est tombée.
Pas de revendication donc d’un comportement politique mais une négation des faits qui ne convainc pas les juges. La jeune étudiante est condamnée à une peine toute symbolique : 500 € d’amende. Le plus lourd pour elle sera les dommages-intérêts et les frais de justice qu’elle est condamnée à payer à la société Decaux, soit 850 €.
Le 6 août, la même Nina est à nouveau convoquée devant le tribunal, cette fois pour des tags.

Une réponse à “Gentille étudiante ou militante anti-pub ? NR 31-07-09”

  1. Vengeur Libertaire Dynamitant dit :

    La publicité aujourd’hui dépasse ce qu’elle fut étymologiquement, c’est à dire le fait de rendre public, connu aux yeux de la cité. De nos jours, c’est l’exploitation de la pensée par les grandes firmes et, de quelque manière que ce soit – télé, magazine, arrêt de bus… – la publicité est une agression capitaliste; c’est une agression, une exploitation de la pensée, ce que l’on appelle le capitalisme cognitif. Bien sûr, les lois et les cravatés de l’UMPS sont là pour protéger le capital contre le peuple, et ce que Alain Badiou nomme « capitalo-parlementarisme » se justifie… Mais ici, on en a plus à faire à une connivence non pas des députés, mais des forces de l’Ordre et de l’institution judiciaire… des juges… ces vieux croutons dégénérés en costume qui font la morale aux citoyens… Ce n’est pas pour rien si le chanteur populaire Francis Cabrel parle de « Cardinaux en costumes »… Quant à la police française, en tuant, en matraquant, en mutilant ou, dans son histoire, en faisant le travail des nazis… comme le rappelle l’historien Maurice Rajfus… L’institution pue. L’institution tue, et elle voudrait qu’on écoute encore sa vieille morale bourgeoise et qu’on la ferme bien gentiment; bien sûr les policiers sont la pour nous protéger, bien sûr les députés sont là pour garantir notre souveraineté… Dans quelle illusion vit-on ? L’institution méprise son peuple, elle le traite comme un « enfant pas sage » juste bon à manipuler pour qu’il consomme, travaille pour le capital et crève… L’institution pue. Sous toutes ses nauséabondes formes. Je ne la reconnais plus. Il n’y aura que la vengeance, il n’y aura désormais plus que la colère, il n’y aura désormais plus que la rage; la force révolutionnaire leur explosera à la gueule.

    PS : total soutien à Nina de Poitiers. Continue tes tags, je vais aussi m’y mettre de mon côté.

    ———————-

    A BAS L’ETAT !
    CREVE CAPITAL !
    MORT AUX BANQUIERS !
    VIVE LA CRISE ! QUE LA CROISSANCE GLORIEUSE DU VIEUX MONDE SE CASSE LA GUEULE !!

Laisser un commentaire