Archive de la catégorie ‘Revue de presse Poitiers’

Quinze distributeurs de billets sabotés NR-CP 18-02-10

Jeudi 18 février 2010

18/02/2010 10:17 | Justice – Faits Divers | POITIERS | Imprimer

Quinze distributeurs de billets sabotés

OAS_AD(‘Position1′);Quinze distributeurs de billets sabotés NR-CP 18-02-10 dans Poitiers

Salle115?number=108011327&part=1.1.3&filename=130x130_32138 dans Revue de presse Poitiers

Un liquide corrosif a été introduit dans la fente
des distributeurs, détruisant ainsi tout le mécanisme
de quinze appareils à Poitiers.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 9 au 10 février à Poitiers. Quinze distributeurs automatiques de billets (DAB) ont été sabotés. Un liquide a été introduit par la fente où l’on introduit d’ordinaire la carte bancaire. Ce liquide est actuellement en cours d’analyse dans les laboratoires de la police scientifique, mais on sait d’ores-et-déjà qu’il est corrosif et qu’il a détruit le mécanisme des distributeurs. Préjudice estimé: entre 2.000€ et 3.000€ par DAB.

A Paris, Grenoble, Lille…

Ces actes s’inscrivent dans une série de dégradations de distributeurs de billets constatées dans plusieurs villes de France: Paris, Grenoble, Lille, Poitiers… Hier, quatre personnes soupçonnées d’avoir dégradé à Paris des distributeurs automatiques de billets ont été déférées au parquet de Paris. Une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction, pour « dégradations et destructions de biens en réunion » et « destructions de biens par substance explosive et incendie ». Il a requis le placement sous contrôle judiciaire de ces quatre personnes. Elles sont soupçonnées d’avoir dégradé plusieurs dizaines de DAB à l’aide d’acide, d’autocollants, de feux de poubelle ou à coups de barres de fer.

Pour dénoncer l’attitude des banques

Selon une source proche de l’enquête, ces personnes auraient dégradé les DAB pour dénoncer l’attitude des banques, notamment à l’égard des sans-papiers. Si d’ores-et-déjà, certains soupçonnent des actes des militants de « l’ultra-gauche », le parquet de Poitiers signale que pour les 15 distributeurs sabotés, « une enquête est en cours et personne n’a été identifié. »

Bruno DELION

“ La police harcèle les jeunes militants ” NR 16-02-10

Mardi 16 février 2010
polémique
“ La police harcèle les jeunes militants ” 

Lire sur le site

“ La police harcèle les jeunes militants ” NR 16-02-10 dans Antirep86 rss
espaceur dans Communique espaceur dans Poitiers pdf dans Repression Télécharger la page
>>> Réagissez à cet article
espaceur dans Revue de presse Poitiers
icone_lireaussi Lire aussi
La liberté de manifester est-elle remise en cause ?
espaceur

//
Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux dénonce « le harcèlement policier dont sont victimes des jeunes militants anticapitalistes ». Un « harcèlement » qui a commencé bien avant les événements du 10 octobre dernier, « mais remonte au mouvement lycéen de 2008 ». Depuis cette date, ces jeunes « catalogués comme anarchistes ou libertaires » se disent constamment en butte à des menaces et injures de la part des policiers de la brigade anticriminalité (Bac), « notamment vis-à-vis des jeunes filles ». « Les interpellations effectuées après la manifestation du 6 février dernier ont révélé publiquement ce ciblage systématique », ont expliqué les membres du comité, hier, lors d’une conférence de presse. « Le durcissement du comportement policier obéit à une finalité : intimider les jeunes générations pour qu’elles ne s’engagent pas en politique », estiment-ils.http://antirepression.unblog.fr

http://antirep86.free.fr

La liberté de manifester est-elle remise en cause ? NR / CP 16-02-10

Mardi 16 février 2010

La liberté de manifester est-elle remise en cause?

Lire sur le site
La gestion policière des manifestations poitevines depuis le 10 octobre « inquiète » la Ligue des droits de l’homme qui alerte justice et préfecture.

 

// La liberté de manifester est-elle remise en cause ? NR / CP 16-02-10 dans Liberte sous pression
130x130_32006 dans PoitiersMilitants de la Ligue des droits de l’homme, Marie-Odile Leuenberger, Jean-Yves Grulier, Daniel Trillon (de g. à d.) s’inquiètent de la gestion policière des manifestations sociales.

pbonnet

Les militants de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) ont soigneusement pesé leurs mots, et pris le plus de recul possible sur les récents événements qui ont secoué le climat social poitevin. Leur constat n’en est que plus amer. « Depuis octobre 2009, la liberté de manifester est progressivement mise en cause par une insécurité créée de toutes pièces qui rend de plus en plus délicate la relation des citoyens avec leur police », viennent-ils d’écrire au préfet, à qui ils demandent une audience « pour évoquer les rassemblements qui se sont tenus à Poitiers ces derniers mois ».

«  Interpellations brutales  »

Dans un autre courrier, au procureur général et au premier président de la cour d’appel, la LDH demande « quelles instructions sont données aux responsables de la sécurité publique ».
« Une présence policière dans une manif, c’est normal, estime Daniel Trillon, président de la section de Châtellerault. Mais un tel bouclage, comme on l’a vécu le 6 février à Poitiers lors de la manifestation de soutien des sans-papiers (N.D.L.R.: voir nos éditions qui ont suivi), on n’avait jamais vu ça. »
Les militants de la LDH ont été les témoins directs « d’interpellations brutales » et déplorent « le ciblage systématique des jeunes manifestants ». Ils reprochent aux forces de police de créer un climat « qui pourrait empêcher les gens d’aller manifester ». « Ces derniers temps, on se sent mal à l’aise dans les manifestations, avoue Jean-Yves Grulier, président de la section de Poitiers. Le fait d’être filmé et photographié en permanence par les policiers ajoute à ce climat. »

Le SDF a outragé Hooker Centre presse 14-10-09

Mercredi 14 octobre 2009

Poitiers

Hooker a eu gain de cause. Insulté le 19 août dernier par David, un jeune SDF prenant ses aises rue des Cordeliers à Poitiers, il a pris connaissance, hier, de la décision du jugement qui s’est tenu le 8 septembre dernier au tribunal correctionnel de Poitiers. David a été condamné à une peine de 3 mois avec sursis et de 140 heures de travaux d’intérêt général et d’une amende de 150€.

Il est reproché à David d’avoir accusé ce policier surnommé Hooker par ses collègues (du nom d’un personnage de télé) d’adopter un comportement fasciste et de faire du racisme anti-SDF en multipliant le PV à 11 €pour regroupements de chiens et consommation d’alcool sur la voie publique.

123456